Vista normala Vista MARC

Tèxtes occitans de la Comuna de Marselha = Textes occitans de la Commune de Marseille / [choisis et commentés par] Glaudi Barsotti, fre

Auteur secondaire: Barsòtti, Claudi, 1934-...., Éditeur scientifiqueTitre(s) parallèle: Textes occitans de la commune de MarseilleLangue :Occitan (après 1500) ; françaisNote : Texte en occitan suivis de la traduction française Pays : France.Édition : [Marseille] : Leis Amis de Mesclum : FeM collectiu IEO 13 : l'Atinoir, 2017Description : 1 vol. (132 p.) : ill. ; 23 cmISBN : 978-2-918112-61-7.Dewey : 944.912 0812, 23Classification : Résumé : Après l'escrachament de la Comuna de París, lei govèrns de Thiers puei aqueu dich de « l'Òrdre morau », contunhèron la repression. A Marselha la vila demorèt en estat de sèti fins a 1876 e lo generau Espivent ordonèt lei rabalhadas e lei decisas de polícia e mai còntra de gents qu'avián manifestat ren que lo 4 de setembre de 1870 ! Es la Republica qu'èra visada. L'Internacionala, foguèt cochada despietadosament. Mai, après lo còp d'estat de Mac-Mahon, lo 16 de mai de 1877, e leis eleccions dei 14 e 28 d'octòbre de 1877, que donèron mai una majoritat republicana a la Chambra dei Deputats, la Republica èra confortada. La cançon Lo pan maudich, d'Aristobul Baux, es una illustracion dei dificultats qu'aguèron lei familhas dei comunards embarrats o emmandats en Argeriá o en Novèla Caledonia, per viure. Après l'écrasement de la Commune de Paris, les gouvernements de Thiers puis celui dit de « l'Ordre moral », poursuivent la répression. À Marseille, la ville demeure en état de siège jusqu'en 1876 et le général Espivent ordonne les rafles et les descentes de police et fait arrêter des personnes qui s'étaient contentées de manifester seulement le 4 septembre 1870 ! C'est la République qui est visée. L'Internationale est impitoyablement traquée. Mais, après le coup d'état de Mac-Mahon le 16 mai 1877 et les élections des 14 et 28 octobre 1877 qui donnent une majorité républicaine à la Chambre des Députés, la République est bien établie. La chanson « Le pain maudit », d'Aristobule Baux, constitue une illustration des difficultés endurées par les familles des communards emprisonnés ou déportés en Algérie et en Nouvelle Calédonie..Bibliographie : Bibliogr. p. 131-132.Sujet - Nom commun : Occitan (langue) Marseille (Bouches-du-Rhône) 1870-1914 Anthologies Chansons occitanes Marseille (Bouches-du-Rhône) 1870-1914 Communards Marseille (Bouches-du-Rhône) 1870-1914 Sujet - Nom géographique : Marseille (Bouches-du-Rhône) 1870-1914 Anthologies Plan de classement Bibliographie occitane :Hist-géoSUDOC : 225067544 Ce document apareis dins la/les liste(s) : Nouveautés
Tipe de document Site actual Quòta Statut Data de retorn prevista
Livre Livre CIRDÒC
Mediatèca
943 BAR (Percórrer la laissa) Disponible
Livre Livre CIRDÒC
Accès indirect - R1
CAC 9989 (Percórrer la laissa) Consult. sur place

Texte en occitan suivis de la traduction française

Bibliogr. p. 131-132

Après l'escrachament de la Comuna de París, lei govèrns de Thiers puei aqueu dich de « l'Òrdre morau », contunhèron la repression. A Marselha la vila demorèt en estat de sèti fins a 1876 e lo generau Espivent ordonèt lei rabalhadas e lei decisas de polícia e mai còntra de gents qu'avián manifestat ren que lo 4 de setembre de 1870 ! Es la Republica qu'èra visada. L'Internacionala, foguèt cochada despietadosament. Mai, après lo còp d'estat de Mac-Mahon, lo 16 de mai de 1877, e leis eleccions dei 14 e 28 d'octòbre de 1877, que donèron mai una majoritat republicana a la Chambra dei Deputats, la Republica èra confortada. La cançon Lo pan maudich, d'Aristobul Baux, es una illustracion dei dificultats qu'aguèron lei familhas dei comunards embarrats o emmandats en Argeriá o en Novèla Caledonia, per viure. Après l'écrasement de la Commune de Paris, les gouvernements de Thiers puis celui dit de « l'Ordre moral », poursuivent la répression. À Marseille, la ville demeure en état de siège jusqu'en 1876 et le général Espivent ordonne les rafles et les descentes de police et fait arrêter des personnes qui s'étaient contentées de manifester seulement le 4 septembre 1870 ! C'est la République qui est visée. L'Internationale est impitoyablement traquée. Mais, après le coup d'état de Mac-Mahon le 16 mai 1877 et les élections des 14 et 28 octobre 1877 qui donnent une majorité républicaine à la Chambre des Députés, la République est bien établie. La chanson « Le pain maudit », d'Aristobule Baux, constitue une illustration des difficultés endurées par les familles des communards emprisonnés ou déportés en Algérie et en Nouvelle Calédonie. éditeur

Lo CIRDÒC
Médiatèca Occitana
1, bis bld Du Guesclin
BP 180 - 34503 Béziers
Tel : 04 67 11 85 10